Le projet « Effets de temps » propose à divers chercheurs issus de disciplines variées d’intervenir lors de deux journées d’étude, développant chacune un aspect de la thématique générale du projet global : la perception et la représentation de la vitesse temporelle.

« L’Art du temps : représenter, maîtriser », aura lieu le 24 janvier 2020 à l’Amphithéâtre de la MILC (35, rue Raulin, 69007 Lyon), et sa conférence plénière sera assurée Sophie Charlotte Barth, artiste norvégienne basée à Oslo. Cette première journée d’étude s’intéressera principalement à la notion de temps à l’échelle de l’Homme, et proposera aux intervenants de questionner le rapport de l’homme au temps, et plus particulièrement sa tendance à représenter ce qui lui échappe pour mieux le maîtriser : consulter le programme.
Cette journée est accompagnée de l’exposition « Hyper- » qui se tiendra les 25 et 26 janvier dans l’espace « Création 57 » (57, rue Franklin, 69002 Lyon). Une rencontre avec les artistes exposés aura lieu dans la Salle d’actualités de la Bibliothèque universitaire de la Manufacture des tabacs, le 15 janvier, de 16h à 18h.

« Les Effets de temps : l’Homme et le macrocosme » se déroulera le 26 juin 2020 à l’Amphithéâtre de la MILC, et proposera à Laurent Mulot, artiste également, de présenter ses travaux, alliant art et science. Cette seconde journée invitera les chercheurs à parler du rapport de l’Homme au temps qui le dépasse, au temps macro/microscopique, insaisissable à son échelle.