Les Têtes Chercheuses proposent des réunions régulières qui s’articulent généralement en deux temps. Le premier volet permet de soulever des questions d’ordre méthodologique (comment faire de la veille bibliographique, présenter un CV académique, planifier sa thèse, répondre à un appel à communication, etc.). Le second volet offre la possibilité à un·e jeune chercheur ou chercheuse d’exposer un point de sa recherche (présenter son sujet ou plus spécifiquement un axe de son plan qui lui paraîtrait problématique, mais aussi un article qu’elle ou il souhaite publier, ou encore une communication dite « blanche » en vue d’un colloque par exemple). Espaces d’échanges et de rencontres, ces réunions ouvrent régulièrement leurs portes à de jeunes docteur·es et à des intervenant·es issu·es du monde professionnel qui viennent enrichir les discussions sur les enjeux du travail de Doctorat. Parce que les questionnements des doctorant·es évoluent au fil du parcours de thèse, l’association veille à aborder des thématiques qui vont de la découverte du monde de la recherche à la finalisation de la thèse.

Outre les réunions mensuelles, les Têtes Chercheuses organisent régulièrement des événements à visée plus proprement scientifique. Depuis 2013, elle dirige et diffuse une revue, Missile, constituée de numéros thématiques. Il s’agit non seulement de permettre à des doctorant·es et à des jeunes docteur·es de publier dans une revue scientifique, mais également de les mettre en situation de comité éditorial et scientifique, acquérant ainsi rigueur scientifique, connaissance des processus éditoriaux et aisance dans l’écriture.

Par ailleurs, les adhérent·es peuvent participer à des projets communs lancés par l’association, qui organise tous les ans, et en alternance, des événements scientifiques : colloques internationaux, journées d’études ou séminaires.

Enfin, l’association met en place différents rendez-vous visant à favoriser la sociabilité entre doctorant·es et à leur fournir des espaces d’échanges cadrés, mais relativement informels. Les apéros-thèse, où les doctorant·es échangent en petits groupes, dans un espace extérieur au monde universitaire, autour de sujets qu’ils ont choisis au début de la rencontre, ont ainsi été mis en place début 2017.

L’association entretient différents partenariats avec d’autres associations de doctorant·es (ainsi ENthèSe, à l’École Normale Supérieure de Lyon), ou des associations culturelles non universitaires, telles que la Villa Gillet.

Un carnet Hypothèses sert de vitrine numérique aux activités des Têtes Chercheuses : on y trouve un espace de publication pour les articles scientifiques, les présentations des numéros de Missile, une sélection d’actualités scientifiques, culturelles et professionnelles, et bien sûr toutes les informations concernant le fonctionnement de l’association, les annonces des réunions mensuelles et des autres manifestations scientifiques.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à nous écrire :
- teteschercheuses.lyon chez gmail.com.

jeudi 15 février 2018